Lou Tounsi: "Un engagement durant les études"

Au terme d’un stage dans une ONG, Lou disposait de 3 mois de libre avant la reprise de ses études. Son but: s’engager pour une cause utile et notamment auprès des réfugiés. Elle a appelé l’Hospice général en évoquant ses disponibilités sur une courte période. «Cela s’est passé très vite. On m’a envoyé un formulaire à remplir et deux semaines plus tard on m’a rappelé pour me proposer de multiples projets, dont la préparation d’un évènement au Musée d’ethnographie de Genève (le Grand Bazar, au MEG) et des activités auprès des enfants.»

La préparation du Grand Bazar a été l’occasion pour Lou d’accompagner et guider les requérants dans des visites historiques improvisées au Mur des Réformateurs ou au MEG. «J’ai été frappée par l’intérêt marqué qu’ils manifestaient pour les détails historiques ou pour les autres cultures. Ils restaient très ouverts malgré leur quotidien difficile. Dans le tram, plusieurs d’entre eux ont donné des pièces à un musicien qui faisait la manche. Cela m’a beaucoup touché.»

Ses activités, les mercredis après-midi auprès des enfants, lui ont aussi apporté de belles émotions. «J’étais admirative devant leur capacité d’intégration en si peu de temps. C’était facile de communiquer avec eux et ils étaient plein de curiosité à mon encontre. Ils voulaient tout savoir, si j’avais un mari, des enfants. Et souvent, ils voulaient que je reste le soir chez eux. Une demande au-delà du simple mandat…»

Lou a achevé en juin 2016 ses études à Sciences Po et se destine idéalement à un poste de chargée de projet d’intégration pour les étrangers.

Nous suivre